Je l’sais-tu, moi?

Quelle importance vous faut-il
Pour comprendre ceci, cela
Sans qu’on vous torde le bras
Apprenez donc avant mille ans

Il y a ici bien des choses qui rampent
Dans vos têtes vides ou pleines de vide
De gros visqueux sans queue ni tête
Le doute de la confiance bannie

Qu’y a-t-il pour votre service
Pour ouvrir votre tête aux idées
Nouvelles ou anciennes qui entrent
Sortent aussitôt de l’autre côté

Race de pauvres diables nus
Pauvres diables nus et laids
Ou rien n’entre, d’où rien ne sort
Où règne le néant le plus profond

Comment pourrais-je, moi, vous aider
Quand le vieux debout n’y peut rien
Il ne s’agit que d’écouter
Mais d’oreilles vous n’avez point.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *