Chauffard

C’est un fait qui nous poursuit
Assommant les autres qu’il observe
Sur sa route fleurie de macadam
Sans rien, vide de tout obstacle

Que dire en le rencontrant
Sinon, onomatopée de douleur
Ensuite, nous écroulant
Disparais de son chemin, andouille

Quelle est la faute de qui
Se retrouve étendu sur son gourdin
Parfois, sans vie, ou même mort
C’est un fait qu’il est le plus fort

Voyons, à quoi donc penser
Mort, étendu sur la chaussée
Lui, continue son chemin
Où arrêt il n’y a point

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *