Le méchant

Il s’amène vers la fin de la mort
Vivant comme un couteau qui s’enfonce
Comme une lame qui coupe la chair
Arme de métal dur qui coupe la vie

Infiniment plus fort que son supérieur
Inférieur à lui-même et c’est tout
Quittant la paix qui ne l’habite plus
Il roule vers la ville

Un revolver chargé, prêt à tirer
Sur quiconque bouge un orteil
C’est pas drôle de se retrouver dans
Le petit trou qui fixe.

Et tout se fait ensuite
Rapidement, la suite
Ne se fait pas attendre
L’œil semble tendre
Vers son semblable
Et tu es mort
Et lui trouve ça
Drôle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *