Dilemme

Pas la voix, pas se taire
ici ça va bien
Pas le ciel, pas l’enfer
car là c’est trop loin
Pas l’amour, pas la guerre
où en est la fin
Pas sombre, pas lumière
si je ne vois rien
Pas devant, pas derrière
on n’est pas des chiens
Pas demain, pas hier
ce jour est le mien

Ni ouvrir, ni fermer
la clef est perdue
Ni le voir, ni cacher
comme j’aurais dû
Ni dire, ni penser
mon cerveau à nu
Ni crayon, ni papier
ce qu’ici je fus

Que le feu, que le froid
c’est dur d’être moi

Pas pleurer, pas sourire
à tous les passants
Pas rester, pas partir
sur d’autres versants
Pas veiller, pas dormir
tel est le présent
Pas début, pas finir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *