Pas d’odeur

D’un montant si banal qu’il est tant disparu
Supprimé par la bonne volonté du temps
Il se rend à la bourse du gars de la rue
Y a-t-il un finaud ayant flair si autant.

Au génie sans âge ni maturité
Celui qui de ses doigts le moment adéquat
Subtilise, subtil il est sans parité
Enrichir aux dépens de la plèbe sans voix.

Attention c’est danger de cette blanche neige
Mais le foin n’est pas autant banal que d’ailleurs
Facile de couper, qualité que n’aurais-je
Paradoxe à blanchir sans tuer le veilleur.

Et les pires sont ceux qui font ça au grand jour
Magouilles si visibles qu’elles sont ignorées
Protégés par des lois, l’interprète a le tour
L’argent n’a pas d’odeur car il pue le papier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *